Guide pour financer l’achat d’un bien immobilier

fond d'investissement

Devenir propriétaire d’une maison ou d’un appartement n’est pas toujours facile. Afin de pouvoir payer le prix, on affecte des années de salaire, au moins des dizaines puisqu’on compte sur l’économie. D’un côté, les conditions d’emprunt à la banque se montrent lourdes à supporter. Pas étonnant si la question : « comment financer son achat immobilier » se pose beaucoup. Ainsi, le long de cet article, on a élaboré un guide pour rassembler les fonds nécessaires d’un projet immobilier.

Apporter son propre fonds

Un projet immobilier requiert de la préparation. Pratiquement, c’est quasi impossible de trouver un financement de bien immobilier sans disposer d’un apport propre. C’est pour cela que dès qu’on rentre dans la vie active, on recommande de mettre de côté de l’argent. Ce dernier s’effectue de diverses façons : le plan épargne logement, le plan épargne action, l’assurance vie, etc. Ces moyens facilitent l’obtention d’un prêt bancaire et d’une prime de l’état en cas de besoin.

Gagner des revenus supplémentaires est une bonne option. Il s’agit d’investir selon son choix. Sur ce, les Sociétés Civile de Placement Immobilier (SCPI) ne demandent pas beaucoup d’argent pour commencer à devenir associé. La rentabilité des fonds d’investissement à Luxembourg permet de rassembler plus rapidement les sommes nécessaires. De plus, on dispose de la possibilité de revendre les parts pour donner un apport personnel plus conséquent.

Demander des prêts immobiliers

La banque est le premier établissement financier auquel l’on se tourne pour demander le financement d’un bien immobilier. L’emprunteur opte la forme de crédit qui lui convient : le crédit hypothécaire, le crédit à la consommation ou le crédit pont (de liaison). Les conditions (taux d’intérêt, frais de dossiers, durée et modalité de remboursement…) varient d’une institution à un autre. Par contre, les emprunteurs ont droit d’initier des négociations. Toutefois, on gagne les meilleures options en jouant la concurrence.

La banque n’est pas le seul organisme qui accorde un prêt immobilier. L’aide de l’État permet d’emprunter à taux réduit (moins que le prêt immobilier classique) ou à crédit gratuit (remboursement sans frais). Il y a aussi le prêt d’accession sociale destiné aux personnes à revenus modestes. Il suffit de faire le tour de ces possibilités afin de bénéficier d’un financement rentable. Des fois, les deux crédits sont cumulables.

Acheter proportionnellement à sa capacité

On ne passe pas par mille chemins pour acheter un bien immobilier, soit on apporte son propre fonds, soit on demande un prêt immobilier. La majorité des acquéreurs préfèrent combiner les deux. Il faut donc commencer par calculer son budget avant de se lancer. C’est-à-dire voir son porte-monnaie et/ou prévoir jusqu’où l’on est prêt à s’endetter (le montant, le nombre d’années de remboursement…). Attention, le coût d’un bien ne se limite pas à sa valeur sur le marché. D’autres dépenses entrent en jeu : les frais (des dossiers, des enregistrements…), les assurances, le paiement de l’agent immobilier et les honoraires du notaire, etc.

Bref, on ne projette pas d’acheter une maison ou un appartement de haut standing au détriment de sa vie quotidienne. D’ailleurs, les banques calculent les restes à vivre du foyer avant d’accorder un prêt. Il vaut mieux acquérir un bien proportionnel à sa capacité de financement puis refaire des économies et revendre le moment venu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *